• La réflexologie et les méridiens

    Posted on 1 octobre 2012 by nanette in Adolescent, Adulte, Bébé, Enfant, Sénior.

    Ma réflexion personnelle est le fruit d’un questionnement personnel et des lectures effectuées.
    Ma question reposait sur le fonctionnement du corps humain et les liens entre santé, corps et esprit. Cette question a fait écho avec certains ouvrages que j’ai pu lire et dans lesquels j’ai pu trouver des réponses.
    En y réfléchissant bien, je me rends compte que cette interrogation date
    depuis quelques années déjà lors d’une lecture sur « la puissance de votre subconscient »  qui montrait le lien entre le corps et l’esprit, la santé et la maladie, les succès et les échecs.
    Dans chaque situation il y a une étroite liaison entre le corps (le physique) et l’esprit (le psychisme). Chacun peut influencer l’autre de manière positive ou négative.
    Concernant le domaine de la santé, je me suis demandée comment le corps pouvait influencer le psychisme, l’inconscient et comment l’esprit pouvait influencer le corps. Comment cette communication entre corps et esprit pouvait-elle permettre à quelqu’un de garder la santé ou éventuellement de guérir d’une quelconque pathologie ?
    Concernant la réflexologie, je me suis demandé comment elle pouvait intervenir dans ce processus et agir pour atteindre un état de bien-être.
    Pour répondre à cette question je pense qu’il faut d’abord essayer d’avoir une vue générale sur la santé et la guérison puis une vue plus approfondie en considérant la théorie chinoise des méridiens.

    • L’approche holistique

    L’approche holistique est une vision globale de la guérison. Selon elle, la santé se définit comme un état d’épanouissement et de bien-être physique et mental et non pas seulement comme une absence de maladie. Cela se rapproche de la définition de la santé que donne l’OMS (Organisation mondiale de la santé) :
    La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.
    Dans la vision globale, la manifestation de la maladie est considérée comme le résultat d’un déséquilibre des corps physique, mental et spirituel, et la santé comme un équilibre entre ces trois sphères. De sorte qu’aucun symptôme ou trouble ne peut être traité isolément. Les méthodes thérapeutiques globales traitent toujours la personne dans sa globalité. Elles n’agissent pas d’une manière spécifique sur un organe affecté ou un système déréglé, mais sur la personne en tant qu’unité, afin de mobiliser les défenses naturelles de l’organisme et restaurer l’état d’équilibre au sein de celui-ci.
    La médecine occidentale, bien que très puissante et absolument nécessaire, n’a pas cette vision d’ensemble et considère plus les symptômes que les causes. L’être humain est vu un peu comme un « homme machine », composé de pièces indépendantes et interchangeables en fonction des progrès de la science. Le lien entre le corps et l’esprit, la signification des maux du corps par rapport aux bleus de l’âme n’est pas aussi présent que dans les médecines ancestrales et notamment la médecine chinoise.
    L’esprit est éminemment puissant, aussi la relation entre le corps et l’esprit ne devrait jamais être sous-estimée. Du fait que la vie est basée sur l’énergie, la santé est considérée comme le fruit d’une interaction harmonieuse des énergies circulant dans le corps.

    Les énergies :
    Dans l’approche de la réflexologie que j’ai choisi d’aborder, l’énergie joue un rôle important, aussi nous allons voir quelques sources d’énergie qui nous entourent.
    L’énergie est présente partout et l’homme est pris dans ce réseau électromagnétique global.
    Il y a d’abord le champ électromagnétique de la Terre. Le champ magnétique terrestre aurait une influence sur les cycles biologiques de l’être humain.
    L’énergie solaire a une grande influence sur l’énergie de toute vie sur terre mais peut aussi perturber le champ magnétique terrestre et par conséquent les fonctions du corps humain.
    La lune joue également un rôle important dans notre vie. Elle influence les étendues d’eau et l’homme qui est composé de 60 % d’eau. On connait son lien avec la démence, avec le cycle menstruel et son influence sur les naissances par exemple.
    A toutes ces énergies naturelles il faut ajouter aujourd’hui les énergies artificielles produites par l’homme dont on ne connaît pas encore l’impact sur la santé mais qui imposent notre vigilance.

    Le stress :
    Il est impossible de parler de santé sans aborder le thème du stress.
    Le terme stress est probablement l’un des plus employés dans la société actuelle. Il a toujours existé mais est aujourd’hui plus fréquent et l’homme est constamment sous tension à cause de la pression et des exigences du monde moderne.
    Le stress et la réponse au stress est un processus tout à fait normal et a permis à l’espèce humaine d’évoluer, d’éviter les dangers et est essentiel à l’homme pour réagir face aux situations d’urgence.
    C’est le système nerveux qui intervient en contrôlant toutes les autres fonctions du corps.
    Le problème aujourd’hui est que les situations stressantes sont de nature prolongée avec des conséquences sur la santé entrainant fatigue physique et mentale et divers troubles.
    On estime que plus de 80 % des maladies modernes ont un rapport avec le stress comme par exemple l’hypertension, la migraine, la crise cardiaque, l’asthme, les allergies et bien d’autres.
    L’intérêt des techniques thérapeutiques naturelles est d’aider à diminuer ou contrôler notre réaction au stress.

    Le régime alimentaire :
    Une alimentation équilibrée est la base de l’épanouissement, d’une bonne santé et de la longévité.

    L’alimentation est le seul domaine de la vie dans lequel la majorité d’entre nous a un réel pouvoir de contrôle. Elle est vraisemblablement le facteur le plus important dans le maintien d’une bonne santé, tout comme le plus négatif dans le développement de la maladie. C’est à partir des aliments qu’il absorbe que se construit le corps humain. Les apports en vitamines, glucides, protides, lipides, etc., transformés par le processus alchimique de la digestion, viennent nourrir le corps et les cellules.
    Aussi les habitudes nutritionnelles modernes peuvent avoir un caractère profondément déséquilibrant sur les plans qualitatifs et quantitatifs.
    De nombreux scientifiques poussent actuellement de véritables cris d’alarme, comme par exemple un cancérologue français, le Pr Belpomme, qui affirme que 85% des cancers sont produit par nos modes de vie.
    Dans la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), la diététique est considérée à la fois comme le premier outil de préservation de l’état de santé et comme traitement, que ce soit pour des troubles physiques ou psychiques.
    Pour finir cette partie sur la vision globale de la santé je voudrais revenir sur le lien étroit entre le corps et l’esprit.

    Corps et esprit :

    Dans la vision orientale, le corps est le support, le véhicule de l’esprit. Il dépend donc de lui mais en même temps, sans lui le psychisme n’existerait pas dans la mesure où il ne pourrait pas se manifester. Aussi en médecine énergétique on considère que :
    –    toute perturbation de la fonction organique, si elle est importante ou dure dans le temps, finira par avoir une conséquence sur le plan du psychisme qui lui est associé ;
    –    toute perturbation de la fonction psychique, si elle est importante ou dure dans le temps, finira par avoir une conséquence sur la fonction organique qui lui est associée et ce dans la mesure où elles dépendent de la même énergie.
    C’est pour cette raison que dans les médecines énergétiques, on ne lutte pas contre les symptômes. Ceux-ci sont vus comme l’expression de la souffrance, certes, mais surtout comme l’expression de la résistance aux flux de vie, quelles qu’en soient les raisons. Ces médecines cherchent donc principalement à rétablir ces flux.
    Pour constater ces actions du psychisme sur le corps on peut s’intéresser aux effets placebo et nocebo.
    Le terme « placebo » vient du latin « placere » qui veut dire « je plairai ».
    Il englobe tous les effets générés par la réponse favorable du psychisme d’un individu, du fait de sa « satisfaction » face à ce qui lui a été prescrit d’une part et à la façon dont cela lui a été prescrit par le soignant d’autre part.
    Il est intéressant à deux titres. D’une part, il s’agit d’un processus de guérison dont chaque praticien devrait faire un allié mais aussi à travers son corollaire, lui aussi incontestable et pourtant si négligé, le « nocebo ». Ce  phénomène, aussi puissant que le placebo, est celui que l’on qualifie de psychosomatique.
    L’effet placebo peut guérir et l’effet nocebo peut rendre malade.
    On peut apercevoir ces effets, notamment placebo, lors de ces guérisons « miracles » par exemple ou comme dans le cas d’une patiente atteinte d’un cancer en phase évolutive à qui on a dit qu’elle est en bonne santé suite à une inversion d’analyses et qui s’est avérée être redevenue entièrement saine après un long voyage.
    Pour soigner quelqu’un il faut donc avoir une vision globale de la santé.
    La réflexologie plantaire utilise les pieds pour atteindre l’état de bien –être et la santé.
    Les mécanismes de la réflexologie ne sont pas connus ni scientifiquement prouvés. On a vu que pour expliquer son fonctionnement il fallait tenir compte de plusieurs phénomènes qui agissent ensembles comme les systèmes nerveux et endocriniens, la circulation sanguine et lymphatique et la circulation de l’énergie dans le corps en lien avec les méridiens d’acupuncture.
    Lors de mes lectures j’ai constaté que le lien avec les méridiens d’acupuncture de la médecine chinoise pouvait constituer une explication convaincante. J’ai trouvé cela très intéressant, c’est pour cela que je vais présenter rapidement cette relation.

    • Médecine chinoise et réflexologie

    Quels sont les principes de la médecine chinoise ?
    La médecine chinoise traditionnelle comprend l’acupuncture, la diététique, les manipulations et les massages, l’hydrothérapie, la phytothérapie, la thérapie par le soleil et le plein air et l’exercice physique. C’est une médecine de la prévention qui décèle les blocages et rétablit l’équilibre avant que la maladie ne se manifeste. On trouve dans le Nei Ching (le plus ancien ouvrage de médecine chinoise traditionnelle) : « Les sages anciens ne traitaient pas ceux qui étaient déjà atteints de maladie ; ils instruisaient les gens bien portant. Un médecin averti intervient avant que se manifeste les premiers signes de la maladie. Le médecin médiocre commence à soigner lorsque la maladie est là ; il intervient lorsque les dommages sont déjà installés. Dans la mesure où il n’agit qu’une fois la maladie développée, on le qualifie d’ignorant ».
    Dans la médecine chinoise, le Tao, principe qui sous-tend et ordonne tout l’univers, se manifeste dans toute chose à travers l’interaction des deux forces complémentaires du yin et du yang.
    Selon le Nei Ching, le principe du yin et du yang sous-tend l’univers tout entier. Il est au cœur de toute la création. Le ciel fut créé par une accumulation de yang et la Terre par une accumulation de yin. Le yang monte vers le ciel et le yin descend vers la Terre. L’être humain participe activement au processus de vie qu’il continue en dynamisant et en transformant les énergies qui le traversent et qui l’environnent. Il est le point de rencontre entre l’énergie Yang du ciel et l’énergie Yin de la Terre. Ces deux formes d’énergie vont se combiner en lui et former alors ce que l’on appelle l’  « énergie Essentielle ». A son tour cette énergie Essentielle va se combiner avec une autre énergie dite « Ancestrale »  pour donner une nouvelle forme d’énergie qualifiée de « Vitale ». Cette  énergie Vitale est propre à chacun de nous. C’est elle qui circule dans les fameux méridiens connus en acupuncture.
    Le yin incarne le côté négatif, passif, féminin, l’intérieur et l’obscur ; le yang représente le principe positif, actif, masculin, l’extérieur et la clarté. La Terre et la Lune sont associées au yin ; le ciel et le soleil au yang. Le dualisme est évident dans toutes les manifestations de l’univers.
    Le yin et le yang sont en interaction perpétuelle et aucun des deux ne peut exister sans l’autre.
    Les énergies contraires et complémentaires du yin et du yang sont également présentes dans la structure physique des être humains et jouent un rôle important dans l’état des corps. Seul l’équilibre parfait entre ces deux éléments assure la santé, et la prédominance de l’un d’eux entraîne la maladie et la mort.
    On considère que le yin et le yang se divisent en cinq éléments : l’eau, le feu, le métal, le bois et la terre. L’homme étant engendré par le ciel et la terre au travers de l’interaction du yin et du yang, contient également ces cinq éléments.

    Le Ch’i :
    La notion de Ch’i est un aspect essentiel de la médecine chinoise mais non reconnue par la médecine occidentale du fait de l’absence de preuves scientifiques suffisantes. Le ch’i, invisible à l’œil nu, peut être assimilé à une forme d’énergie électrique indispensable à la vie. Cette énergie physique intérieure et naturelle, souvent appelée « énergie vitale » ou « force de vie », circule à travers le corps selon un cycle bien défini en empruntant des trajets ou méridiens.
    La fonction et le rendement optimum de tous les organes, des muscles, des veines et des cellules dépendent du ch’i. Il est possible d’associer cette énergie et son flux au système nerveux autonome, qui est relié à tous les organes et à l’ensemble de l’anatomie, y compris la peau et les glandes. Lorsque le ch’i est stimulé ou modéré, le système nerveux enregistre l’impulsion et agit à des endroits précis des organes ou dans diverses parties du corps.
    Bien que le ch’i soit invisible, on est parvenu à le mesurer grâce à des instruments de grande précision, et à le photographier avec des pellicules à infrarouge très sensibles. Un si grand nombre de scientifique chinois ont orienté leurs recherches dans ce domaine, qu’une branche s’est ouverte que l’on appelle chiconologie.
    La réflexologie a pour objectif d’aider à atteindre et à maintenir cet équilibre énergétique en activant les parties des méridiens présentes dans les pieds. C’est pourquoi il est intéressant d’associer le concept de la thérapie des méridiens à la pratique de la réflexologie.
    Pour les chinois, la maladie est déclenchée par le milieu environnant, les émotions et le mode de vie.
    Aujourd’hui, nous commençons à apprendre ce que les chinois connaissent depuis des milliers d’années, à savoir que la maladie résulte en grande partie de notre mode de vie, qui est en total désaccord avec les lois naturelles de l’univers.

    La théorie des cinq éléments :
    La connaissance approfondie de la théorie des éléments permet d’identifier l’organe  et le méridien affectés et, par conséquent, les points d’acupuncture à traiter en fonction de l’action requise.
    Chaque cycle passe d’un élément à l’autre selon un processus de création ininterrompue. Pour chaque élément on peut associer un organe yin ou yang correspondant. Chaque élément ou organe peut avoir une influence positive ou négative sur le suivant. Les cinq éléments sont : le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau. A chaque élément on peut associer une saison, un climat, des organes, des orifices, des organes des sens, des parties du corps et des tissus, une humeur sécrétée, des manifestations physiques, une émotion, un son, une saveur et une couleur.

    Les méridiens :
    Pour les chinois l’énergie vitale ou ch’i circule dans le corps selon un système de méridiens analogue aux réseaux sanguins, nerveux et lymphatiques. Cette « force vitale » contrôle les fonctions de tous les systèmes organiques, et chez une personne en bonne santé elle en imprègne toutes les cellules. L’énergie doit circuler librement le long des méridiens.
    Il existe le cycle des méridiens.
    Les méridiens sont yin ou yang en fonction de la direction dans laquelle ils circulent à la surface du corps. Les six méridiens yang parcourent la partie latérale des bras et des jambes, le visage et le dos, tandis que les méridiens yin sont situés sur la partie interne des bras et des jambes, du bassin et du thorax. Les méridiens sont reliés entre eux à l’intérieur de la poitrine, ils possèdent donc une branche interne et une branche externe dite « tendino-musculaire ». C’est donc sur la partie externe qu’agit la digito-puncture.
    Le flux d’énergie n’ayant ni commencement ni fin, l’ordre des méridiens est figuré selon une roue. De plus la circulation de l’énergie suivrait un cycle complet de 24 heures. Pendant ce cycle un organe et son méridien aurait une montée d’énergie sur une période de deux heures puis cela passerait au suivant. Par exemple, les poumons recevraient leur dose d’énergie quotidienne entre 3h et 5h du matin.
    En acupuncture et en réflexologie, la maladie résulte de blocages obstruant la circulation de l’énergie dans les méridiens. La réflexologie s’intéresse principalement aux pieds, en stimulant par une technique de pression des doigts les zones réflexes, ainsi que les segments des méridiens présents dans les pieds.
    Une connaissance des méridiens peut aider le réflexologue à mieux appréhender le chemin de la maladie. Si une personne souffre d’une douleur au genou droit par exemple, il faut préciser l’endroit exact où elle siège : devant, derrière, à l’intérieur ou sur la face interne ou externe du genou. Si elle se trouve sur la face externe, elle est en rapport avec le méridien de la vésicule biliaire. Il faudra alors traiter cette zone réflexe, qui sera probablement sensible. L’organe lui-même n’est pas nécessairement malade, mais un blocage à un point donné du méridien peut engendrer de la douleur ou une gêne. Les manifestations de blocage peuvent également se présentaient dans les muscles.
    Ils existent quatorze méridiens dont douze sont considérés comme majeurs. Ils sont bilatéraux, ce qui donne 24 trajets séparés. Chaque méridien est relié à un organe d’où il tire son nom. Il est par ailleurs, relié à un autre méridien et à l’organe de ce dernier avec lequel il entretient une relation, particulière. Les méridiens couplés participent de l’aspect yin et yang, et sont régis par les 5 éléments. Les deux méridiens complémentaires sont connus sous le nom de vaisseau gouverneur et vaisseau de conception. Ils traversent le corps en ses parties médianes, le premier suit un trajet dorsal, le second un trajet frontal.
    Ces méridiens sont : le méridien des poumons, du gros intestin, de l’estomac, de la rate-pancréas, du cœur, de l’intestin grêle, de la vessie, des reins, le maître du cœur, le triple réchauffeur, de la vésicule biliaire, du foie, le vaisseau gouverneur et le vaisseau de conception.
    Maintenant que nous avons vu ces méridiens, voyons comment on peut faire le lien avec la réflexologie plantaire.

    Méridiens et réflexologie :
    Tout d’abord on peut établir des parallèles entre la théorie des méridiens et celle des zones de Fitzgerald. Si on prend par exemple le rapport entre les yeux et les reins : dans la théorie des zones, les problèmes liés aux yeux peuvent être associés aux troubles rénaux car ces deux organes sont situés dans la zone n°2. On retrouve cette même relation avec les méridiens. Le méridien de la vessie part des yeux, de même de celui de l’estomac. Ce dernier passe par les reins, un déséquilibre à ce niveau peut se manifester sous forme de poches ou de cernes autour des yeux. La médecine classique reconnaît également le rapport de cette manifestation avec les reins. Le méridien de l’estomac se termine dans le second orteil avec une branche intérieure du même méridien sur le troisième orteil. Ici nous avons le branchement avec les orteils, les second et troisième orteils représentent la zone réflexe des yeux et le méridien de l’estomac.
    Contrairement aux zones, les trajets empruntés par les méridiens ne sont pas des lignes droites. Dans leur parcours à travers le corps et les pieds, ils peuvent présenter des courbes et même des zigzags. Lorsqu’on met en relation un méridien et l’emplacement de sa zone réflexe, on peut établir des parallèles.

    Le méridien de l’estomac en est le meilleur exemple. Il part des yeux et longe latéralement le nez. Son trajet descendant se termine dans le second orteil, zone réflexe de l’œil. L’une de ses branches internes aboutit dans le troisième orteil, autre zone réflexe de l’œil.  Une autre branche rejoint le gros orteil et affecte la zone réflexe du nez. Les zones réflexes des sinus étant situées à l’extrémité des orteils, ces derniers affectent les sinus, de même que la partie faciale du méridien de l’estomac, qui est aussi représentée dans les orteils. Le trajet incurvé du méridien de l’estomac affecte les sinus, la gorge, les poumons, le diaphragme, la rate, le foie, la vésicule biliaire, l’estomac, le pancréas, le duodénum, les glandes surrénales, les reins, le gros intestin, l’intestin grêle et la région pelvienne. Toutes les zones réflexes de ces organes sont situées sous les second et  troisième orteils, excepté la zone réflexe de la rate, qui se trouve principalement sous le quatrième orteil. Le trajet en zigzag du méridien est évident tant au niveau du torse que du pied.

    On peut noter aussi que le méridien de la vésicule biliaire passe par le quatrième orteil, que les méridiens du foie et rate-pancréas passent par le gros orteil par exemple.
    On peut faire la même étude avec les autres méridiens passant dans le pied.
    Il apparait donc que les zones réflexes des pieds sont étroitement liées aux trajets des méridiens, et cette constatation met en évidence l’intérêt d’associer cette approche à celle de la réflexologie.

    • Conclusion

    La relation entre la réflexologie et les méridiens chinois, que je ne connaissais pas et que j’ai découverts grâce à la réalisation de ce mémoire, m’intéresse beaucoup et je pense que c’est une chose que j’aimerai approfondir par la suite.
    Toutes les connaissances qui me permettraient de mieux appréhender un individu dans son ensemble pour avoir une pratique de la réflexologie la plus efficace possible m’intéressent. La médecine chinoise semble être un domaine très riche concernant les thérapies naturelles. Pour conclure je vais utiliser deux citations que je trouve intéressantes et qui méritent réflexion :
    « Il n’existe pas de miracles, seulement des lois inconnues »  de Saint Augustin On a demandé au Dalaï Lama :
    « Qu’est-ce qui vous surprend le plus dans l’humanité ? »
    Il a répondu :
    « Les hommes…
    Parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent…
    Ensuite ils perdent cet argent pour retrouver la santé…
    Et à penser anxieusement au futur, ils en oublient le présent…
    De telle sorte qu’ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur.
    Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir…
    Et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu ! »

    Travail réalisé par Laure Carrie
    Réflexologue plantaire

Comments are closed.